samedi 4 octobre 2014

Attention, contrefaçon !

J’ai longuement réfléchi avant d’écrire ce billet, et beaucoup hésité avant de le publier. Jusqu’à présent, je souhaitais et devais rester discrète, mais les circonstances ne me laissant pas le choix, la seule défense qui me reste est la publication de cet article.

Des contrefaçons utilisant l’une de mes illustrations sont actuellement en vente dans plusieurs boutiques en France. Je vais vous raconter comment je l’ai appris, comment j’ai tenté de me défendre, et comment ça n’a servi à rien.

Cet article a pour but d’informer le public et avant tout mes clients, mais aussi de sensibiliser d’autres créateurs au problème de la contrefaçon.


Le commencement

Fin août 2014, en l'espace de quelques jours, deux personnes m'ont signalé avoir vu dans le commerce des bijoux utilisant une de mes illustrations, dans des boutiques (physiques et en ligne) situées à Calais (62) (deux boutiques) et à Evreux (27) (une boutique).

De temps en temps, je suis prévenue par des amis, clients ou autres créateurs, que mon travail est copié. Ce n’est jamais agréable, mais d’ordinaire, cela concerne des petites copieuses du dimanche, pas très imaginatives.

Je me suis vite rendu compte, cette fois, que c’était différent : en voyant d’abord ces bijoux en photo sur Internet, j’ai constaté qu’ils utilisaient en effet une de mes illustrations, mais aussi qu’ils présentaient un caractère industriel. Les bijoux contrefaits sont des broches, colliers et boucles d'oreilles, comportant mon illustration déformée, mal redessinée, voire carrément imprimée d’après capture d’écran. Cette collection de bijoux comprend une douzaine d’autres dessins, vraisemblablement volés eux aussi, mais je n’ai pas réussi à en trouver les auteurs.

L’illustration volée s’appelle «Poupée sous la pluie», elle a été réalisée en 2012, et a fait l’objet d’un dépôt d’enveloppe Soleau. Le personnage de poupée figurant sur cette illustration est par ailleurs devenu ma marque de fabrique, et fait même l’objet d’une collection de bijoux.

J’ai immédiatement contacté la gérante de la boutique qui avait posté les photos des bijoux sur sa page Facebook. Elle m’a dit les avoir achetés chez un grossiste parisien.

J’ai interrogé les gérantes des deux autres boutiques revendeuses, qui m’ont, de plus ou moins bonne grâce, confirmé l’identité de leur fournisseur : il s’agit du même grossiste, installé rue du Temple à Paris.

Le grossiste

Je ne vous donnerai pas son nom pour ne pas de lui faire de publicité, mais voici quelques chiffres : cette société existe depuis 2009 et a déclaré en 2012 un chiffre d'affaires de 724 994 € (Je n’ai pas eu accès à des chiffres plus récents), soit environ 40 fois mon chiffre d'affaires en 2013 (1ère année d’activité).
Ce grossiste prétend que ses modèles sont dessinés en interne. Les bijoux sont ensuite fabriqués en Chine et sont importés en France pour être vendus en gros.

Les revendeurs

L’attitude des gérantes de boutique m’a surprise (Je dois être trop naïve) : elles ont beaucoup insisté pour garder l’anonymat afin de pour pouvoir continuer à travailler avec ce fournisseur, qui pourtant les a rendues coupables de recel et de vente de contrefaçons.

Sachez que dans le commerce, c’est le vendeur final est responsable de ce qu’il vend. C’est son devoir de savoir (je dis bien devoir, pas droit). Les revendeurs sont donc en infraction.

Certaines gérantes de bonne foi quant à leur ignorance ont retiré les bijoux concernés de la vente, tandis que d’autres ont montré moins de scrupules. Une des revendeuses connaissait mon travail (elle vit dans la même ville, travaille dans le même secteur d’activité, suit ma page Facebook), mais ne m’a pas prévenue.

C’est si grave que ça, la contrefaçon ?

Cette contrefaçon à grande échelle porte atteinte à l'économie de mon entreprise, avec un préjudice financier (mon entreprise a moins de deux ans et son équilibre est encore fragile), mais aussi un préjudice moral car ma réputation est en jeu : mes clients risquent de penser que c’est moi qui utilise une illustration volée, ou bien que je commercialise désormais des produits de mauvaise qualité faits en Chine, alors que la qualité et la fabrication locale comptent parmi les valeurs de mon entreprise.

Les seuls produits authentiques comportant cette illustration (pour le moment) sont un badge et un miroir de poche que je commercialise via mon entreprise sous la marque Les Folles Marquises. Ils sont dessinés en France (par moi), et fabriqués par un ami, entrepreneur en Belgique.

Pourquoi réagir ?

La contrefaçon est hélas trop fréquente dans le milieu de la création. La créativité a une valeur inestimable, et pourtant beaucoup de gens refusent de la rétribuer. Je ne compte plus les fois où j’ai appris que des illustrateurs, créateurs, stylistes, ont découvert leurs créations sur des T-shirts, sacs, bijoux, coques de téléphone…

Malheureusement, c’est aussi l’un des délits les plus difficiles à stopper. La plupart du temps, les auteurs de contrefaçons restent impunis. Les petites entreprises disparaissent dans la nature pendant quelques temps et rouvrent sous un autre nom, les grosses entreprises mettent la main au portefeuille et recommencent quelques temps après.

Ces gens s’attaquent à des petits car ils savent qu’ils n’ont pas les mêmes moyens de défense que de grosses sociétés. Les artistes spoliés n’apprennent parfois jamais qu’ils ont été victimes de contrefaçon. Ce n’est que par hasard que j’ai été mise au courant.

Que faire en pareille situation : se battre ou laisser courir ? Ce n’était pas une décision facile. J’aurais pu choisir de ne pas perdre mon temps, d’ignorer cette histoire, et de passer à autre chose. J’aurais pu consacrer ce temps à la création.

Mais, fidèle à mes principes, j’ai décidé de me battre, car je refuse que l’on utilise mon travail sans mon accord, que l’on en tire profit, que l’on nuise à ma réputation, alors que je lutte tous les jours pour faire vivre mon entreprise.

Ma stratégie de défense

Par réflexe, très vite, j’ai agi pour collecter des preuves : captures d’écran, achat d’une broche contrefaite (dans une boutique à 20 m de chez moi…), photo de la vitrine du grossiste. Preuves indiscutables mais sans valeur juridique car obtenues sans la présence d’une instance légale.

A tâtons, j’ai trouvé quelles démarches il fallait accomplir. J’ai lancé trois procédures officielles, indépendantes les unes des autres.

1) Le dépôt de plainte

Le greffier de permanence au tribunal de Calais m’a conseillé le dépôt de plainte, mais n’avait jamais été confronté à ce type d’affaire (normal, dans une petite ville). Au commissariat, on m’a donné un rendez-vous pour la semaine suivante. Le 5 septembre, j’ai donc porté plainte contre le grossiste (mais pas contre les revendeurs), en fournissant tous les éléments en ma possession, y compris son identité. A ce jour, je n’ai pas de nouvelles.

2) Le signalement à la DGCCRF et à la douane

J’ai appelé la DGCCRF d’Arras (Unité Départementale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes de Pas-de-Calais), qui m’a conseillé de contacter une antenne locale ayant une permanence deux jours par semaine. Comme je ne voulais pas encore perdre plusieurs jours, et que l’infraction était commise à Paris, j’ai fini par contacter directement la DGCCRF de région parisienne. Les agents étant toujours en déplacement, on m’a donné une adresse mail à laquelle envoyer un signalement.

Quelques jours après avoir reçu mon mail, un agent m’a téléphoné. Mon dossier a ensuite été transmis aux douanes, qui m’ont envoyé deux formulaires à remplir pour une demande d’intervention, permettant de procéder à la retenue par les douanes de la marchandise contrefaite. L’un de ces formulaires est si complexe que j’étais incapable de le remplir. J’ai donc envoyé une liste de questions à mon interlocuteur qui, lui-même incapable d’y répondre, les a transmises à un autre agent.

Cela fait maintenant trois semaines que j’attends une réponse.

3) La mise en demeure

En parallèle, dès les premiers jours de cette affaire, on m’a conseillé d’appeler un huissier, lequel m’a orientée vers une avocate spécialisé en propriété intellectuelle.

La stratégie de l’avocate était de tenter une résolution à l’amiable, par l’envoi d’un courrier de mise en demeure au grossiste, demandant le retrait de la marchandise concernée et le remboursement des frais engagés (honoraires d’avocat, d’huissier, frais de déplacement. etc.). Cela devait permettre une résolution rapide, en cas d’acceptation des conditions par le contrefacteur.

Afin d’appuyer la mise en demeure, il fallait obtenir une preuve ayant une valeur juridique, et la seule façon de l’obtenir (financièrement à ma portée…) était d’effectuer un constat d’achat par un huissier. Il faut savoir qu’un huissier n’a pas le droit d’entrer dans une boutique dans le cadre de ses fonctions sans l’autorisation d’un juge, c’est une procédure longue et coûteuse. Le constat d’achat permet d’alléger considérablement les démarches : une personne procède à l’achat et l’huissier constate à la sortie du magasin que le ou les objets y ont bien été achetés. Pour en savoir plus. Cela me paraissait une simple formalité, mais il m’a fallu contacter trois huissiers avant d’en trouver un qui accepte de s’occuper de ce cas.

Malheureusement, je n‘ai pas pu m’occuper du constat aussi vite que je l’aurais souhaité, ce qui m’amène à la semaine dernière : rentrée d’une série de déplacements, j’ai réussi à trouver quelqu’un pour faire l’achat à ma place (car il était exclu que moi ou quelqu’un de ma famille procède à l’achat), et j’ai enfin pu fixer un rendez-vous avec l’huissier. Il me fallait quand même aller à Paris personnellement, pour rencontrer mon acheteuse et lui donner de l’argent (minimum d’achat chez le grossiste : 150 €). Par acquit de conscience, je me suis rendue à Paris la veille, pour m’assurer que les contrefaçons étaient toujours en vente. C’est là que ça se gâte : le grossiste a vraisemblablement été prévenu et avait supprimé de sa boutique toute trace des bijoux comportant mon illustration (mais le reste de la collection est toujours en vente). J’ai dû annuler en catastrophe le constat de l’huissier prévu le lendemain.

Tout ça pour rien ?

Pas forcément. Le but est quand même atteint puisque les contrefaçons ont été retirées de la vente, mais je ne me fais pas d’illusions : soit le grossiste les ressortira dans quelques semaines, soit elles sont déjà en vente chez un autre grossiste.

Le grossiste ayant été signalé aux douanes et à la DGCCRF, ses importations de marchandises seront désormais surveillées et les prochaines contrefaçons seront retenues. En revanche, les preuves ayant disparu, il y a des chances pour que la police classe ma plainte sans suite.

Il était important pour moi d’aller au bout de cette démarche, car il est probable qu’un jour ou l’autre je serai à nouveau confrontée à cette situation. Faute d’information, ma réaction n’a pas été assez rapide, cependant, j’ai beaucoup appris. Si, à l’avenir, mon travail est encore volé (par cette société ou une autre), je suis prête à riposter rapidement.

Trop tard

Cependant, le mal est fait: même si je n’ai connaissance que de trois magasins pour le moment, il est probable qu’en quelques semaines de commercialisation, d’autres boutiques (plusieurs dizaines est un chiffre réaliste) aient fait l’acquisition de ces contrefaçons.

Et maintenant ?

Je veux prévenir le public et en premier lieu mes clients, que des produits de contrefaçon comportant l’une de mes illustrations sont en circulation. Je veux aussi sensibiliser d’autres créateurs au problème de la contrefaçon, et essayer de trouver d’autres boutiques revendeuses pour les informer que leur fournisseur leur a vendu des contrefaçons et qu’elles sont dans l’illégalité.

Si vous voulez m’aider, vous pouvez partager cet article sur vos réseaux sociaux.

Quelques chiffres

Broche : vendue 3,50 € chez le grossiste, revendue 10 € en boutique
Badge original Les Folles Marquises : 5 € dans ma boutique
Constat d’achat par un huissier : à partir de 350 € TTC
Honoraires d’avocat: à partir de 180 € HT (216 € TTC) de l’heure. Forfait pour recherche d’informations et lettre de mise en demeure : 500 € HT (600 € TTC).
Train aller-retour Calais-Paris : 92 €

Remerciements

Merci à Jacky, Virginie, Vincent, Fred, Clémence, Hélène, Julian, Lise, et mon avocate, pour leur aide précieuse. Merci à François et à Anne-Charlotte pour la relecture.

Rendez-vous sur Hellocoton !

156 commentaires:

  1. Un bel article que j'ai lu avec un très grand intérêt! Je te suis depuis tes débuts et j'ai toujours été admirative de ta créativité, de ta démarche et de ton courage. Je te souhaite une belle continuation et beaucoup de force et de patience pour surmonter ce préjudice.

    RépondreSupprimer
  2. C'est tellement décourageant... tu as eu raison de te battre en tous cas, au moins tu ne te reprocheras pas de n'avoir rien fait... bon courage :/

    RépondreSupprimer
  3. Je suis de tout coeur avec vous ; il faut se battre, ce n'est pas normal que tant de travail soit copié à des fins commerciales plus que douteuses!! Bon courage !! Nous sommes avec vous !

    RépondreSupprimer
  4. Bon courage dans ce combat, c'est vraiment des personnes sans scrupules.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas votre travail , je viens de suivre un lien pour arriver à cet article .
    Vous avez raison de vous battre , je suis de tout cœur avec vous .Bon courage !

    RépondreSupprimer
  6. Oh mon dieu quel parcours du combattant pour faire valoir ses droits, sa propriété, ses créations..... :/
    Courage....

    RépondreSupprimer
  7. Voilà pourquoi je suis contre la contrefaçon car je me mets à la place des créateurs original (ou des marques). j'en avait fait un article, je te le partage au cas où il t'intéresse. je cible sur les cosmétiques car ça fait le buzz en ce moment mais voilà. a ta place, 'jaurai juste la rage.

    Mon article : http://cotemakeup.blogspot.fr/2014/06/contrefaconalamode.html

    et sinon, je m'empresse de partager ton article sur ma page car il appui ce que je cherche à dire !

    RépondreSupprimer
  8. Je suis beaucoup ton travail et je suis révoltée par ces façons de procéder encore plus par les revendeurs. Je suis contre la contrefaçon, étant créatrice moi- même. Ce qui est rageant c'est tout ces efforts déployés pour montrer que nous sommes à l'origine de la création et tout les moyens que nous dépensons pour faire valoir nos droits pour parfois rien. A l'heure actuel l'enveloppe Soleau ne nous protège pas beaucoup, par contre ce qui est plus efficace en terme de protection c'est le constat chez l'Huissier "le constat de Création" photographier ses créations en n'oubliant pas de décliner les différents supports, réaliser plusieurs photos sur une seule page, une procédure qui n'est pas très connu ou peu utilisée. Une amie a fait cette démarche et c'est nettement plus efficace ensuite pour se battre que l'enveloppe Soleau et plus cher aussi, mais quand tu fais le calcul au final sur ce que tu dépenses pour prouver que le grossiste est coupable, on est gagnant. Bon courage pour la suite car ce n'est malheureusement pas terminer.
    Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Isabelle.
      En effet, une vraie protection est très couteuse et donc pas à la portée des petites entreprises, malheureusement...

      Supprimer
  9. Je ne connaissais pas votre boutique ... c'est par instagram que je viens chez vous ... j'ai lu votre article ... vous avez été au bout des démarches possibles ... la paperasse française ou l'on doit justifier de tout et qui nous ralentit beaucoup! Battez vous vous êtes forte! Vos modèles sont déposés à l'i n p e i et protéger!
    je file voir votre boutique

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour cet article récapitulatif. Grâce à des personnes comme toi, des personnes aussi malhonnêtes finiront par payer. Continues de créer, d'aller plus loin, de grandir, de t'épanouir dans ton travail, ce qu'ils n'ont pas ;)

    Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Charlotte pour ton message.
      Oui, l'important c'est d'aller au-delà et de continuer à progresser.
      J'espère que tu vas bien.
      Bises.

      Supprimer
  11. Le positif dans tout cela c'est que ton travail est si beau qu'on te copie , mais a coté de cela c'est un énorme préjudice et certaines personnes n'ont aucun remord a voler le travail d'autre et à empocher les gains.
    Et puis si leur bijou sont de mauvaise qualité , cela peux donner une mauvaise image à ta marque aussi. J'espère que tu obtiendras gain de cause.

    RépondreSupprimer
  12. Je suis révoltée par de telles pratiques!!! J'espère que vous aurez gains de cause et que ce ne sera pas classé sans suite :/.
    Courage, je suis à fond avec vous!!

    RépondreSupprimer
  13. Vends les par internet avec un petit certificat d authenticite.
    Balance le grossiste et ses clients aux impots pas de pitie ils savent tres bien ce qu ils font)
    Et les fraudes y as tu pense?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour info, la DGGCCRF = les fraudes :)

      Supprimer
    2. Merci. Oui j'ai contacté la DGCCRF, ils ont transmis le dossier aux douane. Mais toujours pas de nouvelles...
      Cela dit, la possibilité d'une dénonciation aux impôts est alléchante ! :D Merci pour l'idée !

      Supprimer
  14. Bah bah bah les chiffres de la fin me laissent sans voix... nous ne sommes pas des grosses boites qui peuvent se payer finger in the nose un avocat ou une prestation d'huissier... ! C'est fou, c'est toi la personne lésée et c'est toi qui raque le plus pendant que les autres se font des sous sur ton dos... C'est fou! Bon courage à toi Dorothée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Charlotte.
      Et oui, c'est le monde à l'envers ! Et pendant que je passais un mois à m'occuper de cette affaire, ils ont encore dû empocher plus de 60 000 € (déclarés) (pour rester dans les chiffres...). Rageant.
      Pour parler de choses plus positives, j'espère que tout va bien pour toi et que ta grossesse se passe bien !
      Bisous.

      Supprimer
  15. Je ne connaissais pas avant de découvrir ton article sur le fb d'une.copine. j'ai bcp de peine face à ta situation.mais.garde le.smile car tous ces efforts ne seront pas vain. Ne lâche pas et ci.tinues d'avancer. Je partage ton article sur mon fb. Que tout le monde le fasse! Si ça buzz préviens les.rédactions de certains.journaux du web qu'on en reparle davantage. Bonne continuation. Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sylvie.
      Merci beaucoup pour ton message.

      Supprimer
  16. lamentable !!! Je viens de prendre connaissance de votre article sur un partage facebook, je suis également créatrice de bijoux que j'illustre depuis 2011 et je suis révoltée par le culot des industriels... aucun respect pour le travail et la passion qu'on met dans nos créations...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laure.
      Merci beaucoup pour votre message.
      En effet, c'est vraiment rageant ! Ce n'est pas évident d'aller au-delà, mais c'est nécessaire...

      Supprimer
  17. Article plus qu'intéressant mais quelle tristesse... courage courage ! Et longue vie à votre petite entreprise.

    RépondreSupprimer
  18. Je viens de voir ton article sur le forum d'a little market ce qui devrait à coup sur lui faire encore gagner en visibilité. Régulièrement sur ce site j'enrage parce que je vois des créatrices "du dimanche "comme tu dis utiliser les dessins d'illustrateurs pour leurs propres créations (s'il y a encore création !!) mais le pire c'est que certaines trouvent ça normal ! Eviemment c'est à une autre échelle que de la diffusion par grossiste mais c'est déjà tellement laid.
    Pas encore asse douée pour être copiée ou dans l'ignorance que je le suis je te remercie en tous cas de partager ton expérience qui servira certainement à beaucoup d'entre nous. et je l'ai partagé sur ma page professionnelle (La Galerie de Chacha) sur Facebook en espérant que d'autres en fassent autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chacha.
      En effet, il y a un manque d'éducation généralisé sur internet. Certains créateurs du dimanche sont simplement ignorants, d'autres, une fois mis au courant, n'ont aucun scrupule à continuer. Cela va rarement bien loin et ne mérite finalement pas qu'on y perde son temps. Quand il s'agit de professionnels, en revanche, c'est autrement plus grave, et le préjudice est en conséquence. Malheureusement, une petite entreprise aux moyens limités peut difficilement lutter contre ça. J'espère que mon expérience pourra être utile à d'autres.
      Merci pour ton commentaire et pour le partage sur ta page.
      Bonne soirée.

      Supprimer
  19. Merci pour le partage d'expérience, et bon courage pour la suite !
    C'est vraiment le parcours du combattant pour se défendre. Et ce qui rend dingue c'est qu'on a beau faire tout dans les règles, c'est difficile de faire valoir ses droits ensuite. Et c'est très long.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton soutien. Oui, si un jour ça aboutit, ça risque d'être long... :/

      Supprimer
  20. Navré pour cette mésaventure mais ça n'aura pas servi à rien ne serait-ce que pour alerter un peu plus le publique et informer d'autres petits fabricants / artisans de la bonne marche à suivre.

    Bon courage et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  21. C'est écoeurant...et surtout de se rendre compte qu'au final, on ne peut pas faire gd chose..et qu'en plus ça engendre des frais pour la plaignante, alors que le fautif continue à "s'enrichir"!
    Bon courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est le monde à l'envers !
      Merci pour ton mot.

      Supprimer
  22. Révoltant....bon courage, à vous...je fais passer le mot, ça n'est pas grand chose mais plus il y aura de personnes informées mieux ce sera, effectivement.

    RépondreSupprimer
  23. Je découvre votre article via un partage sur Twitter. C’est scandaleux et incroyable de voir à quel point certaines personnes n’ont aucun scrupule à en spoiler d’autres.

    Je veux bien laisser le bénéfice du doute et croire que pour certaines personnes (pour les particuliers qui effectuent de « petites ventes ») il s’agit d’ignorance : elles n’ont aucune connaissance en droit d’auteur et ne cherchent pas se renseigner plus que ça (bien que ce ne soit pas faute pourtant de lire sur les blogs ou dans les livres des créateurs qu’il n’est pas autorisé de faire de la vente) ! D’autres pensent que après tout « pourquoi on ne pourrait pas vendre cette super réalisation faite à partir du tuto et que bcp d’autres vendent déjà ? Ça dérange qui ? ». Il semble y avoir un manque certain « d’éducation » à ce sujet du côté des particuliers, mais voir que des professionnels peuvent agir de la même façon c’est scandaleux.

    En tout cas merci pour cet article détaillé qui permet d’en apprendre davantage sur ce genre de procédure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre message.
      En effet, il y a un manque d'éducation généralisé sur internet. Certains créateurs du dimanche sont simplement ignorants, tandis que d'autres, une fois mis au courant, n'ont aucun scrupule à continuer. Cela va rarement bien loin et ne mérite finalement pas qu'on y perde son temps.
      Quand il s'agit de professionnels, en revanche, c'est autrement plus grave, et le préjudice est en conséquence. Malheureusement, une petite entreprise aux moyens limités peut difficilement lutter contre ça...
      J'espère que mon expérience pourra être utile à d'autres.
      Bonne soirée.

      Supprimer
  24. Révoltant... Mais vous avez eu clairement raison d'en parler ici. J'ai vu cet article sur Facebook et je le fais tourner sur Twitter. Ce genre de situation est plus que courante et rien n'est fait, c'est aux artistes de s'organiser. Si les gens râlent, ça sera plus difficile à ignorer au bout d'un moment. Merci pour toutes ces info' et on est nombreux à envoyer du soutien à travers nos écrans.

    RépondreSupprimer
  25. Bon courage, ça me rend dingue ces histoires de contrefaçon !

    RépondreSupprimer
  26. Bravo pour votre pugnacité Dorothée. Si tous les "petits" créateurs plagiés, copiés et imités sans vergogne réagissaient comme vous, l'effet serait vraiment payant.
    Bravo aussi pour avoir partagé cette expérience sur votre blog, partager cet article sera tout aussi efficace.
    Ras le bol des copieurs sans imagination qui gagne de l'argent sur le dos des vrais créatifs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre message.
      Mon article ne pourra pas résoudre mon problème, mais j'espère qu'il incitera d'autres créateurs à ne pas se laisser faire.
      Et ça m'a fait du bien de l'écrire. Il est temps de passer à autre chose, et de continuer à créer ! Les pirates ne progresseront jamais, eux (mais en attendant, ils ne s'inquiètent pas à propos de leur loyer...).
      Bonne soirée.

      Supprimer
  27. Mon Dieu, c'est terrible!!! Je suis admirative de votre courage madame et espère de tout mon cœur que vous obtiendrez gain de cause car vous êtes dans votre bon droit. Et quand on songe qu'au final, le consommateur est également le dindon de la farce... Ne jouons pas la politique de l'autruche et dénonçons tous ENSEMBLE!

    RépondreSupprimer
  28. Je viens de lire ton post avec attention. Je n'ai aucune compétence en droit mais une action collective ne serait elle pas plus efficace ? Tu ne dois malheureusement pas être la seule à t'être fait voler par cette personne sans scrupules. Ça aurait l'avantage de partager les frais... En tout cas bon courage à toi. Et je vais partager sur fb...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je voulais faire. J'ai cherché les auteurs des autres dessins, mais en vain. Et pas sûr qu'ils soient en France... :/
      Merci pour ton partage !

      Supprimer
  29. Merci pour ce partage. Très intéressant mais aussi très flippant.

    RépondreSupprimer
  30. je suis illustratrice/designer textile alors bien sur ton article est très interessant. Est ce que le fait d'avoir une enveloppe soleau t'aide dans cette histoire, parce que je despose mes dessins mais si ça ne sert à rien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'enveloppe Soleau sert de preuve de datation en cas de litige porté devant un tribunal.
      Si tu ne peux avoir de preuves du délit, l'affaire a peu de chances d'aboutir et l’enveloppe Soleau ne servira pas à grand chose.
      Si tu as des preuves, alors l'enveloppe est très utile pour prouver que ton dessin existait avant.

      Supprimer
  31. ça arrive finalement si souvent................ c'est très bien d'aller au bout de ses conviction même si c'est long , cher et parfois peu utile!!!
    mais pour te soutenir je vais partager sur FB!

    RépondreSupprimer
  32. Je me suis retrouvée chez toi suite au partagr de sylvie59 ... Je suis effarée par ce qu'il t'arrive et je te remercie de cet article si documenté ... J'ignorai qu'un vendeur final etait responsable par exemple ... Je te souhaite bien du courage pour mener d'autres combats s'ils se presentent ... Et l'envie de continuer de créer sans cette appréhension de devoir revivre ça ... J'espère tout de même que les vendeurs ne remettrons jamais les contre facons en boutique ... Je partage ton histoire également ...

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour,
    Pas surprise de lire ton article à une moindre échelle je me fait vole régulièrement des photos de créations sur mon blog. Qui servent pour agrémenter des articles d'autres blogs.Et en plus pas n'importe lesquelles des blogs de très grande entreprise qui vendent aussi des magasines papier à grande échelle. Bien sûr il n'y as pas de lien vers mon blog ni aucune trace de mon pseudo. Alors j'espère que tu auras des nouvelles de la douane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou ce qui t'arrive ! Leur as-tu écrit ?

      Non, toujours aucune nouvelle de la douane... :/

      Supprimer
  34. Beaucoup d'empathie pour vous les créateurs, designers, créatifs... et ce gros problème qu'est le vol!!! sous toutes ses formes! Très intéressant en tous cas d'en savoir plus, et de découvrir une partie des rouages législatifs!! Bonne suite!

    RépondreSupprimer
  35. bonsoir,
    Grâce à créapassions , je prends connaissance de tes lourds problèmes de créatrices ! je ne peux que te souhaiter bon courage dans cette lutte et partager, partager !!

    RépondreSupprimer
  36. Merci d'avoir partagé votre expérience, je suis certaine que malheureusement elle sera utile à beaucoup d'autres "petits" artisans créateurs.
    Je souhaite une longue vie à votre travail et de préférence sans l'ombre d'une contrefaçon.

    RépondreSupprimer
  37. Merci d'avoir partagé tout celà. Je vous souhaite une bonne continuation sur le chemin que vous avez commencé. Vos créations et votre univers sont uniques.

    RépondreSupprimer
  38. Sacré article et surtout très intéressant! J'arrive ici par le biais du blog des éditions créapassions! Je commence tout juste dans l'univers des créateurs, et cet aspect du métier me fait bien peur! Tous ces frais et ce temps passé... Je suis désolée pour toi, je sais comme il est long et à la fois gratifiant de sortir un modèle original, et se le voir voler comme cela, ce doit être rangeant et décourageant... Je passerais le message sur mon fb, bon courage pour la suite en tout cas!!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est important de dater ses créations, dès le départ, et de prévoir le pire. Par exemple, ce dessin est l'une de mes premières illustrations, et si les poursuites avaient pu aboutir, l'enveloppe Soleau m'aurait été très utile !
      Merci beaucoup pour ton partage.

      Supprimer
  39. Nous en avons assez des profiteurs, qui existent dans tous les domaines, et en particulier ceux qui tirent bénéfice du travail des autres! Créatrice moi aussi je comprends ta colère et te félicite pour ta riposte. J'espère sincèrement que les fautifs seront punis et que tu n'auras plus à subir ce genre d'outrage. Je partage bien évidemment sur ma page FB.

    RépondreSupprimer
  40. Merci pour cet article assez édifiant. Vous avez eu raison d'essayer, je pense que cela les calme au moins pour un temps et qui sait, ils finiront peut-être par se faire prendre. Bon courage à vous et tous mes souhaits de réussite pour la suite, tenez bon !

    RépondreSupprimer
  41. Et bien une de plus et ça me désole...je fréquente la rue du temple, et je regarde un peu les vitrines des grossistes de bijoux, la dernière fois j'avais une amie fan de bijou qui a souhaité en visiter quelques unes pour le plaisir des yeux, et avec du recul je me demande si je n'ai pas ces bijoux mais je n'ai pas fait le rapprochement j'ai honte je les connais bien tes fillettes elles sont reconnaissables entre toutes, naïvement j'ai du y voir une pâle imitation sans prendre conscience des conséquences pour toi, je pense que désormais je vais entrer faire de l'espionnage et je viendrai te prévenir !
    Carole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton offre, c'est super gentil, marché conclu ! :)
      Ils y réfléchiront peut-être (un gros peut-être) à deux fois s'ils se sentent surveillés...
      Bonne soirée !

      Supprimer
  42. J'espère que faisant circuler ton billet, de nouveaux clients viendront s'ajouter à ta clientèle.
    Les grossistes sont malins, le stock est déjà sur un petit marché ou dans une boutique bouiboui, mais certainement pas à la poubelle ni sur ebay.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute bien. Tout sauf perdre leur investissement. Ça me dégoûte ! :/
      Bonne soirée !

      Supprimer
  43. bonjour,
    de part mon métier, je connais bien la question de la contrefaçon.
    1- premier conseil : faire des dépôts de tes dessins pour constituer des preuves d'antériorité. sans en passer par l'INPI ou l'enveloppe SOLEAU, il y a quelques sites reconnus par l'état qui font ça pour des sommes très modiques.
    2-deuxième conseil : adhérer à un syndicat qui généralement ont des services juridiques pouvant épauler des démarches de ce type (accès à des huissiers à des tarifs négociés, avocat pris en charge pour une consultation etc)
    bon courage!

    RépondreSupprimer
  44. Bonjour Dorothée,

    Merci pour votre article.
    Je suis la créatrice de la marque Les Épatants (www.lesepatants.com) et je suis bien sûr indignée par votre mésaventure.
    Merci à vous de nous avoir raconté l'historique et indiqué quelles démarches vous avez entreprises. Gardez courage, ne lâchez rien, vous êtes dans le vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isabel pour votre message encourageant.
      J'ai lu votre parcours passionnant, quelle belle leçon, bravo !

      Supprimer
  45. c'est hallucinant de ne pas être protégé en France, de voir crouler nos créations par la débilités de l'administration, bon courage a toi!!!!

    RépondreSupprimer
  46. Michèle de Limoges7 octobre 2014 à 13:01

    Bonjour, je te comprends (nous nous croisons sur Accro donc je me permets de tutoyer), mais quand on sait qu'une célèbre " créatrice " de points comptés achetait ses dessins sur banque d'images sans signaler le nom du créateur sur ses fiches. Sur un blog suite à des liens signalant la malhonnetetée de cette personne quelqu'un a écrit en commentaire "Tous ses soits disants dessins y sont ...
    Je suis déçue.
    Du coup, je brode plus ses modèles.

    effectivement, on tombe de haut ! on n'est plus dans la création mais dans la simple adaptation d'un dessin ou photo en modèle point de croix .... je trouvais aussi qu'elle avait un sacré débit pour sortir des modèles sans arrêt, comme ça je comprend mieux, décevant en effet !!!"

    J'ai les liens, il n'y a pas d'adaptation ou peu, un jour suite à un article sur la copie sur son blog, je me suis permis de lui mettre les liens que j'avais, mon com. n'est pas resté longtemps, l'association de défense du Point de croix est au courant, mais ne fait rien.
    Voilà ton histoire me rappelle celle-ci, désolée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michèle !
      Ces histoires sont nombreuses, malheureusement, et touchent à tous les domaines créatifs...

      Supprimer
  47. Oh la la! Mais le plus triste dans l'histoire ce sont les revendeurs qui n'ont vraiment aucun scrupule à continuer!
    Tu as bien du courage en effet et je trouve tellement désolant de ne pouvoir pas faire plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi !
      Oui, le comportement de certaines personnes est navrant...

      Supprimer
  48. Courage et détermination. Bravo pour ta ténacité.
    Claire (Créaxy)

    RépondreSupprimer
  49. Bravo pr votre courage . Vs avez raison de vs battre !

    RépondreSupprimer
  50. C'est honteux !!!
    Bon courage pour ce combat.

    RépondreSupprimer
  51. Partager sur Facebook et Google + . Si il y a autres choses qu'on puisse faire . Bon courage

    RépondreSupprimer
  52. Merci pour ce malheureux témoignage qui pourra certainement servir à d'autres. Ton dessin est très joli, ton travail mérite bien toute cette peine que tu t'es donnée, même pour un retrait temporaire des copies. Bonne suite ! (Sarah)

    RépondreSupprimer
  53. Merci pour ton témoignage... C'est quand même dingue que tu aies eu à faire tout ça alors que tu avais déposé ton modèle ! Et que le grossiste n'ait pas eu à prouver que son modèle avait bien été dessiné en interne... Ton travail est très joli. Je te suis depuis des années en enviant ton talent... Ne les laisse pas entamer ta créativité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le grossiste n'a rien eu à prouver tout simplement car les preuves ont disparu de sa boutique et qu'aucune procédure judiciaire n'a pu être engagée à temps.
      Si j'avais pu faire un constat d'huissier, les choses auraient été très différentes.
      Merci pour tes encouragements ! :)

      Supprimer
  54. Bonsoir je ne connaissais pas votre boutique et c'est par l'intermédiaire de Sabrina Laetit'Créa que je découvre votre travail.
    Je comprend votre colère concernant ce qu'il vous arrive! Il est tellement plus simple de voler le travail d'autrui plutôt que de créer soit même... J'espère sincèrement que vous obtiendrez gain de cause et que vous pourrez reprendre votre activité sereinement.
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  55. bonsoir,
    j'ai été victime de copie 2 fois, j'avais déposé mes dessins et modèles à l'INPI, et en fait , les copieurs, y trouvent la, une bonne base , qui , au vue de votre structure , savent que vous n'irez pas bien loin dans la démarche longue et coûteuse d'une procédure, de ce fait, je ne dépose plus rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jackie.
      Je n'ai pas bien compris : les dessins et modèles déposés sont publiés ?
      Parce que le contenu de l'enveloppe Soleau est confidentiel, même l'INPI ne sait pas ce qu'il y a dedans...
      Mais j'imagine que ça dépend du domaine dans lequel vous êtes. Pour l'illustration, l'enveloppe Soleau convient très bien.

      Supprimer
  56. Bravo Dorothée !
    Pour ton nécessaire coup de gueule, pour ton courage et ta ténacité, et pour cet article très éclairé !

    RépondreSupprimer
  57. Bonjour,
    Je viens de prendre connaissance de ce qu'il vous arrive.
    Je ne vous connaissais pas avant, mais j'ai tout de même partager sur mon mur afin de sensibiliser au moins mes connaissances, qui sensibiliseront peut-être aussi les leurs ;).
    Maigre contribution, mais si ca peut aider à arrêter la vente de ces contrefaçons !
    Bon courage et plein d'espoir pour la résolution de cette affaire.

    RépondreSupprimer
  58. Je suis révoltée par ce qui t'arrive.... Je trouve vraiment bien que tu aies écrit cet article, car en tant que créateur on ne se doute pas que l'on puisse être pris là-dedans et engager de tels frais pour protéger son travail quand il y a plagiat. Il faut absolument que ces expériences soient mises "en lumière" le plus possible et via le plus de médias possibles pour faire réfléchir à deux fois ceux qui copient, que ce soient des particuliers ou des plus grosses entreprises. Plein de courage

    RépondreSupprimer
  59. Bravo pour votre courage Dorothée et votre ténacité à dénoncer cette pratique. Personnellement (et pourtant je ne suis pas d'une nature méchante) j'aurais également "attaqué" les revendeurs afin qu'ils comprennent qu'il est de leur intérêt de boycotter ce grossiste. Il y a suffisamment de boutiques et revendeurs honnêtes pour que ceux qui ne le sont pas (ou qui, laissons-leur le bénéfice du doute, sont naïfs) soient reconnus. Je viens de découvrir vos créations et tenais à saluer votre talent, et à vous soutenir dans votre combat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre message.
      Oui, je suis trop gentille, je sais. Pas dit que je le sois encore, à l'avenir...

      Supprimer
  60. J'ai partagé ton article sur ma page facebook /haelwennlais. Tu fais bien de te défendre même si c'est sûrement une cause perdue, quoique informer sans relâche sur le net peut aider. Bon courage.

    RépondreSupprimer
  61. Bonjour
    Je suis effarée par cette histoire.
    Même en prenant des mesures de protection (enveloppe Soleau), on se sent bien démunie dans ce genre de situation.
    Bravo pour ton courage, ta niaque.
    J'espère que tu arriveras à trouver un dédommagement du préjudice subit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire.
      Un dédommagement ou même une simple reconnaissance du délit semble hélas peu probable... :/

      Supprimer
  62. Je compatis, je soutiens, et du coup c'est "grâce" (ou plutôt "à cause de") cet article que je découvre ton blog, que je vais suivre avec beaucoup d'intérêt : j'aime beaucoup cet univers :)
    Bon courage

    RépondreSupprimer
  63. C'est honteux ! J'espère de tout coeur que votre courage, combativité seront récompensés. Vous le méritez. Partagé sur mes réseaux sociaux... la sensibilisation est plus que jamais de mise et ceux-ci sont un bon moyen !

    RépondreSupprimer
  64. Merci pour cet article instructif, bravo pour ta détermination. Et courage pour la suite, j'espère qu'ils vont laisser tomber et ne pas continuer à te copier.
    Je remarque que l'enveloppe Soeau ne sert donc pas à grand chose, et qu'il faut avoir un bon chiffre d'affaires pour pouvoir se permettre de faire face juridiquement à des copieurs. Tout cela est rageant !
    Et alors chapeau les revendeurs sans scrupules !
    Je te connais par Etsy mais coup je viens de voir que tu es aussi sur ALM, alors hop en favori. ALM .

    Dominique de Haliotis Créations

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dominique.
      J'espère que mon article pourra être utile à d'autres.
      L'enveloppe Soleau sert de preuve de datation en cas de litige. Mais sans preuve du délit, l'affaire a peu de chances d'aboutir, et l’enveloppe Soleau ne sert pas à grand chose.
      En revanche, avec des preuves juridiquement valables le grossiste était en infraction, cette preuve de datation m'aurait été d'une grande aide.
      A bientôt sur ALM ! ;)

      Supprimer
  65. bravo pour cet article, bravo pour ton courage, bravo pour ta détermination, bravo pour ta ténacité, bravo, bravo, bravo !

    RépondreSupprimer
  66. On ne sais si l'on doit triste ou en colère !! Quand on crée quelque chose, on y mets son coeur, sa compétence, beaucoup de soi et c'est un sentiment d'agression que l'on doit ressentir !! Cela ne m'est jamais arrivé mais je crois que j'en serai très affecté !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un gros coup au moral, heureusement que j'ai un tempérament à toute épreuve ! :)

      Supprimer
  67. Je ne connaissais pas votre travail mais je suis arrivée ici via la page FB d' Hélène ( Tricocolor). Merci pour la précision de cet article, ce n'est pas simple de se défendre contre ce qui est ni plus ni moins que du vol à ton encontre et de l'escroquerie à l'encontre des éventuelles acheteuses et ça en rajoute au sentiment d'injustice.Ni très douée, ni très lue sur FB mais par principe je partage.

    RépondreSupprimer
  68. Frustrant et révoltant.....
    Courage et ne baisse pas les bras!!!!

    RépondreSupprimer
  69. Bonjour,
    Je viens de lire votre article (découvert sur fb), pouvez-vous me dire quel est ce magasin à Paris? Je tiens une boutique, et je crois y reconnaître l'esprit de certains bijoux achetés chez eux... Mais je n'y ai pas vu cette copie... Si c'est bien le même, à ma petite échelle, je boycotterai cette enseigne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nadia.
      Pouvez-vous me donner votre adresse mail, s'il vous plaît ?

      Supprimer
  70. Bonjour,
    Je suis de tout coeur avec vous. L'autre jour après avoir lu l'article j'étais très énervée contre tout ceux qui nous vole (je suis graphiste illustratrice) à tel point que j'ai pourri toutes les personnes qui fessaient des photos non autorisé à l'exposition des Studio Ghibli. Marre du pillage!
    Bon courage.

    RépondreSupprimer
  71. Bonjour, je prends connaissance ce matin du contenu de ton article, ainsi que du préjudice dont tu es la victime, via Parole de pâte.
    Reçoit toute ma sympathie et mon soutien.

    RépondreSupprimer
  72. Je pense que tout a été dit, mais reçoit tout mon soutien

    RépondreSupprimer
  73. C'est révoltant et tellement décourageant de voir de grosses entreprises voler le magnifique travail que l'on trouve dans l'artisanat d'art. Si seulement on pouvait lui botter le c.. à celui là !!!
    Je te souhaite bien du courage et de la patience pour l'avenir car ton travail est tellement beau que ça risque d'arriver encore...malheureusement.
    Amicalement,
    Lilou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lilou. Oui, et ça n'est toujours pas résolu, c'est désespérant !
      Cela se reproduira probablement, mais la prochaine fois je réagirai rapidement et efficacement.
      Bonne soirée !

      Supprimer
  74. Dans quel monde vivons nous?
    pour la plainte au commissariat, il faut y retourner et demander à ce qu'il la relance. Il parait que c'est nous d'insister sans quoi c'est classé sans suite. J'ai appris cela à mes dépends. trop tard.
    courage et bravo pour ce combat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, après bientôt 3 mois sans nouvelles, je prévois une nouvelle visite au commissariat...
      Merci et bonne soirée !

      Supprimer
  75. Bonjour Dorothée,

    Merci pour ce post et bravo pour ce parcours du combattant. Je pense que c'est important de ne pas se laisser faire dans ce cas de situation, même si on n'arrive pas à avoir gain de cause sur tous les plans. C'est quand-même extraordinaire que dans un pays ou les droits d'auteurs sont aussi strictes, on ne puisse pas les défendre si l'on n'a pas d'argent... ! C'est dire l'hypocrisie de ce système...
    Voilà aussi pourquoi c'est important de relayer l'information. Il faudrait que ton article fasse le tour des blogs et autres réseaux sociaux, histoire de réveiller les consciences, d'informer et de pointer le doigt sur les grossistes peu scrupuleux ou les petits opportunistes parfois ignorants (je pense à toutes ces images vendues sous forme de planches virtuelles pour fabriquer des cabochons, par ex.). Personnellement je trouve je trouve qu'il en est aussi de la responsabilité des plateformes de vente qui ferment les yeux sur les droits d'auteurs tant qu'elles ne sont pas menacées par une marque... Et bien sûr, je ne parle pas des revendeurs... Mais je comprends que ça doit être compliqués pour eux de savoir si un article utilisant une image respecte les droits d'auteurs... Cependant, plus il seront embêtés par des personnes comme toi qui défendent leurs droits et plus ils feront attention...

    Je n'ai pas l'habitude d'écrire ce genre de post mais je vais écrire un mot sur mon blog principal pour relayer ton article et j'engage chacun à le faire... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci encore pour ton passage ici et pour ton article.
      Bonne soirée et bonnes fêtes de fin d'année !
      Dorothée.

      Supprimer
  76. C'est fait : http://cocco-com.blogspot.fr/2014/11/contrefacon-et-droits-dauteurs.html

    RépondreSupprimer
  77. suivi le lien et pas surprise car dans ce monde de requins tout est possible
    vous avez tout mon soutien et je surveillerai dans ma région
    créatrice à petite échelle je comprends surtout que tout ceci est un stress et une perte de temps quand on créé et aussi d'argent et ce n'est pas simple pour une entreprise jeune.
    Bon courage et belles créas.
    Martine

    RépondreSupprimer
  78. Bonjour Dorothée, je prends connaissance de ce qui t'arrive. Nous nous étions rencontrées en stage en Normandie il y a plusieurs années. Je me souviens que tout le monde était ébloui par ta créativité. Ce qui est beau et original est copié sans vergogne hélas !... Tu as tout mon soutien. Anne Dutriez.

    RépondreSupprimer
  79. C'est super clair et informatif, bravo pour cet article sur des agissements malheureusement répétés, que j'ai vu ici et là :(
    Espérons que ça sensibilise les acheteurs finaux, les clients !

    RépondreSupprimer
  80. je te comprend tres bien puisque moi meme au Québec je suit copier ,,c est les copie(contrefacon)qui nous tue a petit feu nous les petits artisants qui travaillont a la sueur de notre front pour gagner nos sous et eux les grandes compagnies arrive et nous vole nos propre modele,,c est une honte total,mais je te dirait en tout cas ici au Québec,il n y a pas grand chose que l on puisse faire puisque j ai déjà essayer de me battre,mais sa plus fatiguer que d autre chose,nous les petits,on ne peut pas vraiment faire gchose,car devant de telles grosse industrie,on ne fait pas le poids malheureusement,mais je te souhaite bonne chance et bonne continuitée et surtout ne lache pas.☺♥

    RépondreSupprimer
  81. De tout coeur avec vous c'est vraiment une pratique écoeurante et ces gens-là se croient tout puissant car les lois ne protègent pas assez les créateurs et les artistes... Courage et félicitations pour votre travail, j'aime beaucoup vos illustrations, ravissantes! Et vos totes bags!! ADORABLE! Je fais moi-même une collecte pour le lancement de ma marque de bijoux faits main mais quand mes finances me le permettrons je me ferais un plaisir de m'offrir l'un de vos sac (le cat est mon préféré!)
    Bonne continuation chère Dorothée!
    Melodie
    http://www.kisskissbankbank.com/seven-lives-more-creation-artisanale-de-bijoux

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire.
Pour ne rien rater, abonnez-vous à la newsletter : http://eepurl.com/RSbRj !
Bonne journée.
Dorothée.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...