mercredi 21 octobre 2020

Arnaud, mon demi-frère. 1972 - 1985

 

Il y a trente-cinq ans s'est arrêtée la vie d'un petit garçon. Il avait treize ans. Il s'appelait Arnaud. C'était mon demi-frère.

J’ai le sentiment d'avoir été dépossédée d'une partie de mon enfance, de ma famille, de ma vie, tous ces moments anodins ou déterminants que partagent les enfants, même si j'ai la chance d’avoir grandi avec une sœur et deux frères.

Je n'aurai jamais de souvenirs d’Arnaud, à part quelques dessins, et des photos un peu floues que la famille m'a envoyées.

Son absence a laissé un grand vide dans ma vie. Je n’ai jamais osé en parler à mon père et je le regrette. Avec la mort de mon père, j'ai eu l'impression de le perdre une deuxième fois.

Le mois écoulé a été éprouvant. J’ai beaucoup pleuré, j’ai écrit, j’ai cherché, j’ai essayé de comprendre : l’histoire de mon père, de ma famille, et le deuil que je traversais (et traverserai encore longtemps), comment nous n’avons appris la mort d’Arnaud qu’en 1997 (?), comment un non-dit peut se transformer en secret de famille et avoir des conséquences même des décennies après.
J’ai pleuré la mort de l’ancienne femme de mon père, trois ans après son fils, même si je n’ai qu’une vague idée du chagrin qu’elle a pu ressentir.
Je m’en suis voulue de ne pas avoir été là pour mon père quand il a appris la mort de son fils.

J’ai joué aux « Et si » : et si les parents d’Arnaud ne s’étaient pas disputés sa garde, et si mon père avait continué à voir son fils, et si Arnaud avait été avec mon père ce jour-là, et si après la mort d’Arnaud la famille en avait parlé à mon père… Mais les « Et si », ça ne fait pas revenir les morts.

J’ai retrouvé la famille de l’ancienne femme de mon père, pour savoir. J'ai reçu quelques photos, et plus que cela, des souvenirs. Quelques mots, mais si précieux.

J'ai aussi contacté les archives de Var Matin. J'avais besoin de voir l'article relatant les circonstances de l’accident.

Parfois j'imagine que rien de tout cela n’est arrivé, que mon demi-frère est toujours vivant quelque part, qu’il a 48 ans, qu’il marié (ou pas), qu’il a des enfants (ou pas), mais surtout, qu’il est heureux. Pendant longtemps, j’espérais le croiser un jour par hasard dans la rue, je savais que je le reconnaîtrais.

Il y a quinze jours je suis allée voir une partie de ma famille dans le Sud. La prochaine partie de mon voyage sera au printemps. Je sais maintenant où est enterré Arnaud, j'ai prévu de me rendre sur sa tombe et celle de sa maman, au cimetière de Six-Four-les-Plages.

Enfin, je retrouverai mon demi-frère.

samedi 26 septembre 2020

Le bracelet Renard et le bracelet Hérisson

Bracelets Hérisson et Renard en bois découpé au laser

Bonjour à tous. J'espère que vous allez bien.

Suite au décès de mon père le 13 septembre, j'essaie toujours de mettre de l'ordre dans mes idées, notamment grâce à l'écriture. Mais là maintenant tout de suite, je travaille sur de nouveaux dessins. Je vous reparle de ces deux sujets très vite.

En attendant, voici deux nouveautés automnales qui donnent envie de se promener dans la forêt et de marcher dans les feuilles mortes : le bracelet Renard et le bracelet Hérisson, tous deux en bois d'érable massif gravé et découpé au laser, et entièrement dessinés et fabriqués par mes soins dans mon atelier à Calais.

Le lien réglable est disponible en 25 couleurs et s'ajuste à toutes les tailles.

Ces deux bracelets sont disponibles dans ma boutique www.lesfollesmarquises.com.

La photo a été prise dans mon atelier, je dois encore m'habituer à la lumière de ce nouveau lieu.

Passez un bon week-end ! 😘❤️❤️❤️

jeudi 23 juillet 2020

Bee, sculpture, 2020.





Bee, 2020.
Polymer clay, pigments, acrylic paint, varnish, wire and aluminum foil.
Height: 9 cm.

Little bee lost without its swarm, sleeping to get strength before to go looking for its home.

More art and updates on Facebook and Instagram!

mardi 21 juillet 2020

Flower Lady, sculpture, 2020.



Flower Lady, 2020.
Polymer clay, pigments, acrylic paint, varnish, wire and aluminum foil.
Height: 14 cm.

Idol of disturbing femininity, hybrid being, half metallic, scaly and cold, and half organic, sensual, and warm.
This sculpture has no face, unlike most of my sculptures, because I wanted to remove all possibility of cuteness, and highlight its strangeness despite of its obvious feminine attributes.

More art and updates on Facebook and Instagram!

Llama, sculpture, 2020.


Llama, 2020.
Polymer clay, pigments, acrylic paint, varnish, wire and aluminum foil.
Height: 23 cm.

Llama is my latest work and the largest to this day. It combines some of my favorite elements: a sleepy face, scales (or hard fur), strange antlers. 
With this sweet and disquieting piece I’m going further the colorful path of my series of sleepy beings, peacefully half animal and half human.

More art and updates on Facebook and Instagram!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...